Racing Metro 92 vs Munster (22-17)

Une semaine après avoir assisté à la défaite du Racing Metro face à Montpellier, j’ai réussi à gagner des places pour le nouveau match des Racingmen, grâce à un jeu-concours organisé par leur équipementier Kappa. Cette fois ci, l’affiche est beaucoup plus alléchante avec la réception du Munster pour le compte de la 1ère journée de H-Cup. C’est le 1er match de cette compétition auquel j’assiste et le club a eu la bonne idée de le délocaliser au Stade de France. Et même si le stade sonnait un peu creux avec seulement 25 000 ou 30 000 spectateurs selon les sources (dont quelques centaines de représentants de la Red Army fidèles à leur réputation, ainsi que 2 bandas positionnées derrière les 2 en-but), le cadre était idéal pour cette rencontre de prestige, avec même l’agréable surprise d’être assez bien placé dans le stade en tribune Est et avec des accoudoirs s’il vous plait. Les conditions étaient réunies pour que je puisse profiter d’un bon match de rugby, si ce n’est une blessure au doigt provoquée lors de mon match le matin même et qui m’empêcha d’applaudir avec ferveur.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sur le terrain, ce match est l’occasion de voir la 1ère titularisation d’Olly Barkley ainsi que de Juan Martin Hernandez tout juste de retour des 4 Nations. Côté irlandais, Paul O’Connell fait son grand retour sur les terrains de rugby depuis le mois de Mai et Simon Mannix désormais entraineur des ¾ du Munster retrouve les Racingmen dont il était l’entraineur adjoint.

Le match débute donc sous un temps très pluvieux, comme lors du dernier match des franciliens et l’état de la pelouse n’est pas optimal après avoir reçu la veille les footballeurs français et japonais. Les Irlandais, habitués à jouer par ce temps prennent l’avantage dans ce début de match et concrétisent leur domination notamment en inscrivant un essai à la 13ème minute par Sean Dougall suite à une touche. Le score aurait pu s’aggraver si O’Connell n’avait pas commis d’en-avant au moment d’aplatir à la 25ème minute en récupérant le ballon suite à une mêlée à 5 mètre de la ligne francilienne. A ce moment du match, la domination irlandaise notamment en mêlée nous laisse croire à une victoire facile du Munster. Or, Maxime Machenaud (élue plus tard homme du match) réussit à la 34ème minute à marquer en dribblant le ballon au pied après un cafouillage de la défense irlandaise. L’arbitre valide l’essai après arbitrage vidéo, et le match est relancé. Le Racing aurait même pu et aurait dû marquer un 2ème essai si Ghezal ne se serait pas fait plaqué irrégulièrement sans ballon alors qu’il partait à l’essai, sans aucune sanction de l’arbitre. C’est une situation très frustrante, qu’un de mes coéquipiers a subi le matin même, mais qui ne nous a pas empêchés de nous imposer. A la mi-temps, le score est de 13 à 10 pour le Racing alors que la domination est nettement irlandaise. A noter cependant la sortie sur blessure à la 34ème minute de l’ouvreur Ronan O’Gara qui sera décisive pour le reste du match tant son jeu au pied est précieux, lui permettant notamment de passer la barre des 1300 points en H-Cup dès la 1ère pénalité.

En seconde période, les joueurs du Racing se sont montrés solides en défense et Barkley enchaîne les pénalités même s’il échoue sur une tentative. Mais c’est en fin de match, à la 74ème minute, alors que la victoire du Racing est sérieusement envisagée, que l’ailier Simon Zebo profita d’une touche rapidement jouée juste devant moi, pour marquer un essai et redonner l’avantage à son équipe. Mais des erreurs irlandaises permirent à Barkley (77ème) puis Bergamasco (79ème) de marquer 2 pénalités donnant définitivement la victoire aux Racingmen.

Cette victoire est très encourageante pour les joueurs du Racing, qui à défaut d’être un prétendant aux ¼ de finales de H-Cup, se relancent psychologiquement par cette victoire de prestige après 2 défaites en championnat. On a également pu constater qu’Olly Barkley s’était bien intégré dans sa nouvelle équipe et qu’il sera plus qu’un simple joker. Parmi les matchs du Racing auxquels j’ai pu assister, c’était certainement le plus plaisant à regarder, par le suspense, la prestation des joueurs, la notoriété de l’adversaire, mais surement aussi grâce au cadre particulier offert par le Stade de France.

Publicités
Cet article, publié dans H-Cup, Racing, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s